Vers un forum de l’engagement citoyen ?

Cette année encore le forum des associations a remporté un succès de fréquentation. La communication vers les associations autour de son organisation un peu moins…
Un critère de choix a été mis en avant cette année afin d’écarter les associations de « défenses des droits et des intérêts ». Un critère suffisamment flou pour faire craindre une possible dérive de mise à l’écart d’associations trop politisées. Une quinzaine de postulants ont d’abord été éconduits quand dans le même temps d’autres associations sans information craignaient de faire partie du lot… En effet, quelle association ne défend pas d’intérêts ?
La majorité a corrigé sa copie en réintégrant la plupart des primo-écartés et en annonçant qu’elle songeait à organiser deux forums : l’un consacré aux activités sportives & culturelles et l’autre à l’engagement citoyen.

L’initiative peut être positive, si les deux événements sont rapprochés dans le temps et que le forum de l’engagement citoyen bénéficie d’une réelle promotion avec tous les acteurs de la ville qui agissent au quotidien dans ce sens. Il faudrait alors commencer dès à présent à consulter largement ! Cela signifierait aussi que la majorité se décide enfin à assumer une politique en termes de démocratie citoyenne & participative… En dehors de « Lannion 2030 », cette politique a été largement délaissée sur la première moitié du mandat, vivotant sur des acquis passés et dépassés.

Berzh en deus graet Forum ar c'hevredigezhioù ar bloaz-mañ c’hoazh. Koulskoude, ha hep na vije komzet en a-raok gante, e oa bet skarzhet kevredigezhioù ’zo e-kerzh an hañv, gant an arguzenn e oant o tifenn « interestoù ». Koulskoude, hag-eñ n'eo ket sañset bezañ kement-se pal tout ar re ac’h a d'ober « lezenn 1901 » ?
Brav e oa meskañ meur a seurt kevredigezhioù, ha ma n'eo n’haller ken ken (re a c'houlennoù), eo poent prederiañ asambles evit kavout un diskoulm.

Pour Lannion, naturellement – Evit Lannuon, evel just.

Publié dans "Lannion – Lannuon" n°210, édition d'octobre-novembre 2017


Pour une réflexion sur une gouvernance plus ouverte

En début d’année nous nous inquiétions du fonctionnement de cette agglomération XXL et de la possibilité que toutes les opinions puissent être exprimées.

Les conseils communautaires aux ordres du jour pléthoriques se sont succédés au premier semestre avant qu’en juin, le président annonce qu’il souhaite limiter les débats aux seuls points jugés – par qui ? – importants et considère que les autres points traités en commission sont validés.

Des questions diverses sont systématiquement ajoutées, sans document de travail, même si celles-ci peuvent engendrer d’importantes dépenses d'investissement puis de fonctionnement à l'instar de l'achat de l'ancien monastère des Sœurs du Christ à Tréguier.
Dans le même temps, dès lors qu'un avis divergeant s’exprime en conseil, le débat devient tendu, appelant des commentaires parfois à la limite du respect des contradicteurs·rices.
Force est de constater que nous glissons vers un conseil dont le rôle serait d'avaliser des décisions arrêtées en bureau exécutif ou en commission, c'est à dire par un tiers des élu·e·s, renforçant ainsi les craintes déjà exprimées par certain·e·s que le conseil ne se réduise à une chambre d’enregistrement.

Il est temps d'ouvrir une réflexion sur une gouvernance plus démocratique et moins verticale dans cette assemblée…

Françoise Le Men pour le groupe R.O.C. (Rassemblement Ouvert de la Communauté).

Publié dans "T Lannion-Trégor", édition de septembre-octobre 2017


Douloureux « espace famille »

Cet outil visant pourtant à faciliter les procédures administratives devient de plus en plus contraignant pour les parents.
Désormais, la réservation des repas pour la restauration scolaire se fait obligatoirement dans cet espace… dix jours à l’avance. À défaut, une pénalité est appliquée en cas d'absence non justifiée par certificat médical ou en cas de repas non prévu.
On peut se demander si imposer la visite systématique chez le médecin est bien raisonnable et si l’inscription plus d’une semaine ouvrée à l’avance est toujours réalisable.

Dans tous les cas, quelle est la finalité de ces pénalités financières ? La lutte contre le gaspillage est affichée mais une marge est toujours prévue pour le cas où des élèves se présenteraient sans avoir réservé : cela semble donc assez inefficace.

Les familles qui seront pénalisées sont celles qui ne maîtrisent pas les outils numériques où celles qui subissent des contraintes professionnelles sans délai : plannings atypiques, intérim… C’est une discrimination qui n’est pas acceptable.

Nous demandons à ce que les demandes des parents soient écoutées et que l’outil soit rendu plus flexible pour tenir compte des situations individuelles.
Des solutions simples sont envisageables : réduire le délai à une semaine, retirer la demande de certificat médical si les enfants sont absents de l’école… bref, remettons un peu d’humain dans la mécanique.

E kêr Lannuon hag un tamm e pep lec'h, e vez graet muioc'h-mui an enskrivadurioù dre Internet. Evel-se eo ret bremañ d'ar familhoù lakaat anvioù o bugale pemzektez en a-raok evit ar gantinenn. Diaes eo c'hoazh evit tud 'zo hag evit ar re o deus un implij-amzer a cheñch. Ha ma vez c'hwitet ur pred gant ur bugel, eo ret goulenn un testeni digant ar mezeg evit prouiñ e oa klañv ! A-hend-all e vo paeet ar pred memestra, ha keroc'h ouzhpenn ! Poent eo souplaat un tamm ar melestradur !

Pour Lannion, naturellement – Evit Lannuon, evel just.

Publié dans "Lannion – Lannuon" n°208, édition de mars-avril 2017


Intervention sur le Budget municipal 2017

Le budget de 2017 que vous nous présentez est assez fidèle aux projections réalisées lors du débat d’orientation budgétaire de janvier dernier : c’est un budget dans l’expectative.

Il se veut sans excentricité et quand bien même : que pourrions-nous faire de plus avec le peu qui reste une fois le budget fonctionnement financé ?
Ce n’est pas 90% – comme prévu lors du DOB – mais finalement 95% de la capacité nette d’autofinancement qui a disparu entre 2016 et 2017 en comparant les Budgets Primitifs.
Vous attendez donc fébrilement les élections de mai et la prochaine loi de finance pour connaître la teneur de la future Dotation Globale de Fonctionnement et prendre alors les décisions fiscales qui s’imposeraient à la ville. Nous pouvons cependant aujourd’hui penser que la Dotation Globale de Fonctionnement n’augmentera pas et que vous n’aurez pas deux fois à disposition la manne que représente l’excédent de la caisse des écoles.

En attendant, l’investissement est pâlot et nous nous demandons dans ce contexte si nous ne rêvons pas trop avec Lannion 2030… comment penser financer ne serait-ce que la moitié du projet d’ici 10 ans ? Vu l’endettement historique actuel de la ville et notre capacité d’autofinancement, il serait bon de rebaptiser le projet Lannion 2050 !

S’il est juste de penser la ville à long terme, ce budget nous ramène à la réalité et il nécessitera de revoir nos ambitions à la ville comme à l’agglomération – où la Dotation Globale de Fonctionnement baisse aussi. En attendant nos charges de centralité augmentent encore cette année avec le financement de la nouvelle caserne des pompiers ou la délivrance des nouvelles cartes d’identité pour tous les citoyens du territoire. Une nouvelle occasion d’appeler à la solidarité intercommunale et communautaire.
Notre groupe ne votera pas ce budget 2017.

Intervention du groupe "Pour Lannion, naturellement – Evit Lannuon, evel just" lors du vote du budget municipal 2017.


Quelle place pour les sujets non consensuels à LTC ?

Lors de l’examen du budget primitif, notre groupe a posé des questions sur la somme de 641 000 euros destinée aux études portant sur le Pont Aval, la Rocade Sud et le contournement de Ploubezre : cette somme représente plus de la moitié des immobilisations incorporelles.
Comment est-elle ventilée entre les projets, et quel est le montant total des études déjà payées pour ces travaux ? Ces questions sont légitimes pour avoir une vision plus précise sur ces éléments de voirie impactant fortement le territoire.

La deuxième question portait sur un comité de pilotage « rocade » auquel participeraient les communes impactées et qui avait été promis par le président au début du mandat. À ce jour, Ploubezre – directement concernée – n’a jamais été conviée à un comité de pilotage, et n’a donc aucune visibilité sur l’avancement de ces projets.

Le président s’est emporté et a refusé de répondre à ces points précis. À LTC, la transparence des informations s’applique sur les sujets consensuels, qui représentent la majorité des délibérations.
Mais force est de constater que sur les points qui soulèvent une opposition, le processus de décision est opaque et les communes concernées écartées..

François Vanghent pour le groupe R.O.C. (Rassemblement Ouvert de la Communauté).

Publié dans "T Lannion-Trégor", édition de mars-avril 2017

- page 1 de 21